Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Rechercher

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

 

Pré sélection du Meilleur Apprenti de France : 9 février 2015

27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 14:35

Il est 8h45 lorsque les apprentis BP et les formateurs Messieurs Ryckoort et Larbi se rejoignent à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle sous l’œil maternel de Madame Gomez. La destination de notre voyage annuel est la Pologne, Wroclaw plus précisément. En effet, dans le cadre de la mobilité européenne, nous allons découvrir durant une semaine les savoirs faire de nos homologues polonais ainsi que la culture de ce pays qui nous parait si éloigné et qui n’est pourtant qu’à 4 heures d’avion.

 

A notre arrivée, Aline et Michal, nos guides nous attendent de pieds fermes pour nous accompagner à l’auberge de jeunesse « Wratislava » située à deux pas du centre-ville. Une fois installé dans nos chambres respectives, nous nous réunissons pour aborder le programme de la semaine et participer à un quizz sur la Pologne afin de définir nos connaissances. Les apprentis savent déjà beaucoup de choses car ils ont préparé le séjour sous formes d’exposés au CFA.

 

Le lendemain matin, nous visitons un marché aux puces situé dans l’ancienne gare de Wroclaw où nous découvrons nos premiers bouchers polonais et leurs produits ainsi que de nombreux articles sur les différents étals voisins (vêtements, fruits et légumes, quincaillerie…). La température n’est pas très élevée, nous sommes tous plus ou moins frigorifiés et c’est avec joie que nous acceptons de nous diriger vers un très ancien café afin de consommer une boisson chaude.

 

Durant cette promenade, nous découvrons tout à tour les différents monuments de Wroclaw :

La place aux quatre églises, L’ile de la Cathédrale, le fleuve Oder traversé par de nombreux ponts tels que le pont de Tumski, le pont suspendu de Grundwalzki... ainsi que le panorama de Racławice, monument dédié à une victoire Polonaise sur l’armée Prusse en 1794. Ce bâtiment qui contient une peinture cylindrique de plus de 1700 m2 nous permet de nous réfugier pour échapper à la tempête de neige qui vient de nous surprendre. Tout au long de notre parcours, nous croisons des lutins en bronze placés dans différentes positions et situations très amusantes.

 

Le lundi 9 février, nous avons rendez-vous au lycée professionnel n°5 de Wroclaw. Cet établissement regroupe différents types de formations (en continu et en alternance) et différents métiers. Pour le plus grand bonheur de nos jeunes, ce sont des apprentis coiffeuses qui ont été désigné pour les accueillir ! Après une présentation réciproque de nos formations, nous avons assisté à une démonstration de coiffure. En effet, il n’y a pas de section boucherie cette année. Après le déjeuner, nous nous rendons au marché couvert de Hala Targowa. Là, nous pouvons voir, alignées les uns à côté des autres, plusieurs stands de boucherie avec dans leur vitrine certains produits qui nous surprennent : des poumons, des carcasses de volailles, des os de porc fumés ou non, des cous de dindes… en posant la question à Michal, nous apprenons que les Polonais sont très friands de soupe et ces différentes parties rentrent dans leur composition. En effet, bien que le pouvoir d’achat a fortement augmenté, les habitudes alimentaires des Polonais n’ont pas pour autant changés. Nous faisons le même constat en observant le rayon boucherie d’un hypermarché Auchan : les Polonais consomment essentiellement de la volaille, du porc et un peu de bœuf. La viande d’agneau est absente des vitrines, il n’en consomme pas du tout. En revanche, comme en Allemagne, la consommation de charcuterie sous forme de saucisses principalement est très importante.

 

6h00, nous partons pour le camp d’extermination d’Auschwitz si tristement connu. Trois heures de route plus tard, nous arrivons sur place. La neige recouvre tout et c’est les pieds mouillés que la plupart des apprentis découvrent les vestiges de ce lieu horrifiant. Accompagnés d’un guide qui nous explique en détail les évènements et les exactions commises par les nazis, nous parcourons les deux camps (Auschwitz Birkenau I et II) durant 3h30. Le silence règne dans les rangs. Les apprentis sont effarés voire choqués par ces photos, ces monticules de divers effets personnels (des lunettes, des chaussures d’adultes et d’enfants, des valises… et des cheveux). Ils sont destinés à ne pas oublier la barbarie qui côtoyait ce camp. Le voyage du retour est bien calme, nous aborderons le sujet ensemble le lendemain, le temps de digérer nos émotions…

 

Aujourd’hui, nous nous rendons à Raciborz. Dans l’entreprise de M. Jenata, ce dernier possède un abattoir et une usine de fabrication de charcuterie. Quelle surprise en entrant dans la salle où il nous accueille : les tables sont jonchées de charcuteries et de pâtisseries en tout genre, le tout accompagné de soda et de café. Bien sûr, les apprentis font honneur à leur hôte en dégustant tous ces mets. Après quelques questions traduites par nos accompagnateurs, nous formons deux groupes pour visiter les lieux. L’abattoir, tout d’abord, où nous assistons à l’abattage de porcins puis l’unité de fabrication. Après une photo de groupe, nous nous rendons dans une des 17 boutiques de M. Jenata. Son concept est innovant car le magasin est composé d’un espace où les clients peuvent manger les produits achetés sur place (des salades, des pièces rôties et bien sûr de la charcuterie).

L’après-midi est réservé à la visite de son élevage de bovins (600 têtes) en compagnie de son gendre. M. Jenata élève également des porcs mais pour des raisons sanitaires, nous ne pourrons pas les voir.

 

C’est le jour du retour, vendredi 13 février, certains superstitieux s’inquiètent. Mais le vol se déroule sans trop de turbulences, juste un peu de retard pour notre escale à Varsovie. Arrivée à Roissy, nous retrouvons nos familles pour leur raconter nos anecdotes et reprendre le fil de nos vies respectives.

 

Ce séjour a été très enrichissant sur le plan professionnel mais également sur le plan culturel et nous sommes tous ravis, malgré le froid, d’avoir découvert les pratiques professionnelles et les mœurs Polonaises. Grâce à nos accompagnateurs, nous avons eu de précieux renseignements pour rédiger notre fascicule sur le séjour.

Partager cet article

Published by Patrick LARBI
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:03

Lundi 9 février, sept jeunes apprentis, sélectionnés par les formateurs techniques, ont été convoqués pour la Pré Sélection de la Région Parisienne 1 ( Paris et la Petite Couronne) du Meilleur Apprenti de France.

Il s'agit de :

Benjamin BLANQUEZ, apprenti chez Paul BINET à COURBEVOIE

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Maxime BOULET, apprenti chez Olivier  DONNE à  Paris XV

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Léo BRECHON, apprenti chez Christophe BRECHON à SAINT MAUR 

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Julien HIMBER, apprenti Chez Stéphane LAJOIE à THIAIS 

 

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Bertrand GAUTHIER, apprenti chez Valéry COSSE à PARIS XI

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

 Clément LECONTE, apprenti chez Patrick AUBUGEAU à AULNAY SOUS BOIS 

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Quentin SOUTIF,  apprenti chez Denis LUGEZ au RAINCY. 

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Après quatre heures de travail intense et  de stress  pour ces jeunes, le jury a délibéré.

 

Le Président Bernard MERHET, après avoir réuni les apprentis, les  parents et les professionnels au Self de l’EPB, a pris la parole pour remercier ces jeunes en expliquant que : « ce concours « Un des Meilleurs Apprentis  de France » est le concours d’excellence des jeunes de la Boucherie !  Monsieur MERHET a ensuite remercié les membres du jury  Monsieur Claude ANTHIERENS, Meilleur Ouvrier de France et Président du Jury,  Un ancien apprenti  de l’EPB :   Rémi BUFFARD et  Pascal BUFFARD, Philippe BOURDIN tous trois Professionnels et Jean Christophe DENIS, Formateur à l’EPB .  Il remercie Messieurs Patrick PAULMIER, Christian BLERY et Christophe ROBIN les formateurs techniques qui ont organisé et soutenu les jeunes au cours de cette journée.

 

 

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Enfin, il a proclamé les résultats, sachant que tous les jeunes ont bien travaillé mais qu’il ne faut qu’un seul gagnant.

Le jeune Quentin SOUTIF, apprenti chez Denis LUGEZ a remporté le premier prix.

Félicitations au jeune et à son Maître d’apprentissage.

 

Il sera « notre  ambassadeur » pour  la Région Ile- de- France lors de la finale du concours du MAF qui se déroulera les 12 et 13  avril à la Rochelle.  Nous lui souhaitons bonne chance.

 

Tous les candidats ont été récompensés, ils ont tous reçu :

-un couteau Laguiole offert par les Fermiers LANDAIS

- un jeu de couteaux offert par la CORPO remis par  Marc MORIN

-des  livres et une casquette offerts par INTERBEV Ile de France remis par Jean Claude OBRIOT, Président INTERBEV Ile de France

- un tablier brodé aux insignes de l’EPB par BRAGARD

 

Merci à tous les généreux donateurs.

 

 

Bonne chance à Quentin pour la finale

Pré Sélection Meilleur Apprenti de France

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:23

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de YANN VALLEE.

Yann a suivi une formation de Brevet Professionnel BOUCHER entre 2011 et 2014.

Il a obtenu son examen en juin dernier.

Toutes nos pensées vont vers sa famille.

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 09:01

Le séjour de nos apprentis BP se déroule bien.

Voici quelques photos, lundi au lycée professionnel de Wroclaw :

 

Des nouvelles de Wroclaw

 

Une vitrine de boucher au marché couvert de Hala Torgova :

Des nouvelles de Wroclaw

- Le camp d'Auschwitz visité hier :

Des nouvelles de Wroclaw
Des nouvelles de Wroclaw

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 15:11

Hier les apprentis et leurs formateurs accompagnés des animateurs Mme Viviand et M. Esik ont découvert la ville de Wroclaw. Le matin ils ont visité le marché aux puces de Swiebodzki. Puis ils ont fait une halte dans un café.

Des nouvelles de Wroclaw

Ensuite le groupe a visité le marché couvert de Hala Targowa puis les nombreuses églises de la ville.

Tout se passe bien.

Des nouvelles de Wroclaw
Des nouvelles de Wroclaw

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 08:57
Séjour Mobilité en Pologne

Les apprentis de BP1 et de BP2/3 accompagnés des formateurs techniques Patrick LARBI et Daniel RYCKOORT sont partis samedi matin en direction de Wroclaw en Pologne pour un séjour professionnel et culturel d'une semaine.

Ils sont arrivés à 14h15 à Wroclaw après une escale à Francfort et ont rencontré les deux animateurs qui les accompagneront tout au long du séjour.

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:36

Attention, les horaires de départ ont été modifiés comme suit :

 

Heure de rendez vous le samedi 7 février 2015 Terminal 1 à 8h45.

 

DEPART  samedi 7 février 2015

Départ de CDG 1 avec le vol Lufthansa 1029 à 10h55, Arrivée à Francfort à 12h15

Départ de Francfort avec le vol Lufthansa 1372 à 13h00, Arrivée à Wroclaw à 14h15

 

 

 

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:01

 

Le personnel de l' EPB et du CFA vous souhaite une bonne et heureuse année 2015 !

 

voeux 2015

Partager cet article

Published by Nathalie GOMEZ - dans CFA
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:41

Le jeudi 23 octobre 2014, à 6H15 la classe de CAPR1anB est réunie devant l’EPB afin de se rendre à l’abattoir de la SOCOPA au Neubourg. Après 2h15 de route, nous arrivons à destination. 

  Accueillis par deux employés, David et Maxime, nous sommes invités à nous équiper (blouses, casque, charlotte sur chaussures et surtout le cache barbe pour les plus poilus d’entre nous). Le groupe est scindé en deux et entame la visite. À notre grande surprise, une odeur de propre règne dans le couloir qui nous mène à l’entrée, nous y découvrons un affichage préventif pertinent sur les risques du métier.

 abattoirs du Neubourg 2 22 10 2014

 

Nous entamons la visite dans le sens inverse de la marche en avant, de la zone propre vers la zone sale. En effet, les premières pièces visitées sont : la zone de stockage, de conditionnement, de piéçage et parage ainsi que divers ateliers de transformation cloisonnés par espèce. Nous sommes impressionnés par la vitesse d’exécution des opérateurs et par le décalage entre les exigences de l’abattoir et celles demandées pour le CAP (désossage à blanc…). Nous entrons à présent dans les chambres froides où sont stockées les carcasses classées par espèces. Là, l’accompagnateur nous informe sur la rotation des stocks, la codification et le classement des carcasses ainsi que le rôle des commerciaux. En entrant dans une pièce, nous sommes tombés nez à nez avec une inspection vétérinaire qui examine les poumons d’un bœuf victime de tuberculose. La carcasse est contaminée, elle doit être incinérée ! Nous découvrons la chaine d’abattage des porcs inactive ce jour, composée de flambeurs, « d’épilateurs »... ensuite nous nous dirigeons vers la chaine d’abattage du bœuf : des demis carcasses chaudes sont suspendues, les muscles se contractent encore, c’est l’état pantelant. La machine à classer tourne à plein régime sous la surveillance d’un responsable, carcasse sur fond vert, marquage, l’étape incontournable car elle détermine la valeur de la carcasse donc le montant qu’obtiendra l’éleveur.

Un membre du personnel nous invite à poser pour une photo devant le poste d’émoussage. Surprenant car nous ne pouvions pas en prendre !! Petit à petit, nous remontons la chaine (fente, éviscération, habillage) jusqu’à la mise à mort. Nous assistons à l’abattage de trois bêtes de races différentes : la bête arrive dans le piège, sa tête est immobilisée et l’opérateur pose le matador sur le front de l’animal pour l’étourdissement (mort clinique). La bête bascule rapidement puis est accroché par un des membres postérieurs afin d’être saignée.

La bouverie, lieu calme où sont parqués les animaux vivants à leur arrivée est la dernière étape de la visite de l’abattoir marquant la pause déjeuner.

      Cette sortie est très enrichissante, elle nous permet d’avoir un nouveau regard sur les produits que nous travaillons, commercialisons, consommons quotidiennement. Le cours sur l’abattage en technologie sera mis en relief et donc plus simple à assimiler.

Partager cet article

Published by Patrick LARBI - dans APPRENTIS
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 10:44

Jeudi 16 octobre 2014, 6h15 : nous nous retrouvons devant le CFA pour nous rendre en direction de l’abattoir de la SOCOPA au Neubourg. Bravant la pluie, le manque de sommeil et de café de certains et après 2h de route, nous arrivons enfin au lieu de rendez-vous.

CAP R 1 AN NEUBOURG 16102014

 

9h00 : Après l’habillage que nous avions déjà découvert en cours (blouses, charlottes, sur-chaussures…). Certains d’entre nous ont même dû porter des charlottes à barbe. Après une partie de franche rigolade sur nos accoutrements respectifs, notre groupe fut divisé en deux, accompagné d’un formateur et d’un guide SOCOPA, pour découvrir cet immense bâtiment répartis en 15 zones distinctes.

9h20 : Pour éviter tout risque de contamination croisée, nous avons effectué la marche en avant dans le sens inverse, nous sommes donc partis de la zone propre vers la zone sale.

Première étape : nous avons dû désinfecter nos sur-chaussures avant de pénétrer dans la zone propre où certains employés se munissaient de leurs EPI (Equipement de Protection Individuel) et de leurs couteaux, rangés dans des étuis sécurisés.

Deuxième étape : La zone de préparation de commandes est le lieu où sont gérés la distribution des colis, des carcasses vers leurs clients (boucheries traditionnelles, restauration, collectivités publiques et GMS). Dans cette pièce, nous avons pu observer un grand nombre de machines tel qu’une machine à vapeur sous-vide, une machine destinée à plier des cartons, une machine destinée à piécer des pavés… Ainsi que des palettes sur lesquelles se trouvait des cartons en provenance de plusieurs pays européens. Le guide nous a informé l’importance de la traçabilité dans ce dispositif compte tenu de la variété de produits distribués.

Dans les locaux suivants, nous avons constaté l’ensemble des étapes de transformation : piéçage, parage, épluchage et désossage. Tout ce travail est organisé selon la technique du travail à la chaîne, avec une rapidité impressionnante et une qualité moins exigeante concernant la présence du périoste et des coups de couteaux dans les morceaux.

Avant d’accéder aux chambres froides, un opérateur sépare les demi-carcasses en AVT 5 et ART 8 pour favoriser la manipulation et la répartition des tâches. De là, nous accédons à des chambres froides à temps long dans lesquelles les températures sont gérées en fonction des espèces, puis vient le tunnel de ressuage destiné à refroidir rapidement les carcasses fraichement classées par une machine qui apprécie la carcasse grâce à des photographies.

Nous voici donc dans la zone sale où nous pouvions observer toute la chaîne d’abattage ainsi que les différents processus exécutés selon un ordre précis : l’émoussage (ablation des graisses en excès), l’inspection vétérinaire post-mortem (estampille), la fente, l’éviscération, l’habillage (ablation du cuir, etc.), la saignée et la mise à mort. Cette dernière a provoqué chez certains d’entre nous une vive émotion, voire une certaine gêne…

Nous nous dirigeons finalement vers la bouverie (stabulation) où les animaux, sous la surveillance des inspecteurs vétérinaires attendent patiemment leur triste sort. C’est ici, également, qu’on les classera selon leur poids pour faciliter l’organisation dans la chaîne d’abattage.

Pour rappel, la SOCOPA abat environs 1000 porcs, 400 à 500 agneaux et 700 bovins par semaine.

 

Avant de repartir, nous sommes allés nous restaurer d’un bon morceau de bœuf saignant…

Partager cet article

Published by Patrick LARBI - dans APPRENTIS
commenter cet article

Nos formations

 

A partir de septembre 2014, changement d'alternance : une semaine de CFA à 35 heures de formation et 2 semaines en entreprise.

Le préapprentissage :

 

  DIMA DIMA

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces