Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Rechercher

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

Réunion des maîtres d'apprentissage : lundi 23 octobre

Réunion parents/formateurs : jeudi 9 novembre 

4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 10:33

Le mardi 9 mai, nous avions rendez-vous à 6 h 45 devant le CFA pour un départ prévu à 7 h. le but, la visite du marché au cadran de Soligny la trappe en Normandie, plus précisément dans l’Orne.

Nous étions accompagnés pour cette sortie de M. Ryckoort et M. Pichon, nos formateurs au CFA.

Après 2h30 de voyage, nous voici enfin arrivés. L’accueil est très chaleureux de la part des éleveurs de la région, et de la part de l’équipe de la SICAMON, (Société d’Intérêt Collectif Agricole des Marchés Organisés de Normandie) dont le président M. Bréard.

Après les présentations, nous avons pu assister au déchargement des ovins dans les différents enclos. Ensuite une vérification de l’identité des animaux est faite. Chaque ovin est muni d’une boucle d’oreille avec une puce à l’intérieur qui permet d’identifier les animaux avec un appareil. Ensuite les animaux passent à la pesée.

Les acheteurs sont déjà sur place et examinent les animaux déjà enregistrés.

La vente commence, les ovins sont vendus soit en lot, soit à l’unité. M. Bréard est installé derrière une grande vitre au-dessus de laquelle est suspendu un énorme écran, (le cadran). Sur ce cadran, diverses informations sont notées, comme le poids, la catégorie, la race et la mise à prix.

Les acheteurs sont placés dans des gradins avec des tables munies d’un bouton sur lequel ils appuient pour faire monter les enchères, 1 euro pour les ovins, 10 euros pour les bovins. La vente se termine assez rapidement car il n’y a que quelques 70 ovins, c’est une petite journée selon M. Bréard.

La vente terminée, M. Bréard nous rejoint pour nous expliquer le fonctionnement des ventes, et nous présenter les difficultés que rencontrent les éleveurs. Tout d’abord, il nous présente la vente et le fonctionnement du cadran. Il y a donc en face les acheteurs dans les gradins et le vendeur se trouve dans un petit local à côté de la cabine ou se trouve M Bréard. L’enchère commence, et les acheteurs appuient successivement sur les boutons pour faire monter les enchères, puis au bout d’un certain temps, il crie « au dernier feu messieurs », c’est-à-dire que sur le cadran il y a 4 étoiles, qu’il appelle des feux, et lorsque les acheteurs appuient, les feux s’allument successivement en repartant à zéro, jusqu’à ce que le quatrième feu s’allume, et à ce moment précis, la vente est terminée. Il annonce le prix affiché, puis demande à l’éleveur s’il est d’accord. S’il est d’accord, il annonce « vendu au numéro untel ». Si l’éleveur n’est pas d’accord, l’animal ou le lot sera présenté une deuxième fois.

Ensuite, il nous a parlé des difficultés à faire fonctionner la SICAMON. Le financement est alimenté par les prélèvements sur la vente de chaque animal, 2,5 % sur les éleveurs, et 3,5 %sur les acheteurs.

L’intérêt pour les éleveurs de vendre les bêtes au marché au cadran, c’est d’être payés  l’après-midi même de la vente, ce qui arrange certains éleveurs ayant des problèmes de trésorerie.

Puis, nous avons dégusté un plateau repas préparé par le traiteur du bourg. Ensuite, nous avons assisté au balai incessant des tracteurs et des bétaillères acheminant les bovins, quel spectacle pour nous qui ne connaissons pas le monde agricole. Pendant les déchargements, les commentaires vont bon train, « c’est quelle race ? », « c’est un mâle ? », « oh le gros taureau, il est énorme », 1 tonne 100 nous dira le bouvier à la bascule.

Puis enfin nous avons la grande chance de discuter avec les différents éleveurs. Ils nous expliquent que le métier n’est pas simple, qu’il est difficile mais agréable, qu’ils aiment ça, certains nous racontent qu’ils sont obligés d’avoir un petit travail en complément pour s’en sortir, comme faire du ramassage scolaire le matin et le soir, ou encore aménager des bâtiments pour faire de la pension pour chevaux, ce qui les aide à subsister.

Des conversations très enrichissantes qui nous permettent de comprendre ou de connaitre ce monde de l’élevage ou encore de l’agriculture.

Les ventes commencent vers 15 h, car il y a énormément de bovins. Nous en regardons quelques-unes, puis nous reprendrons le car vers 15 h 30, amplitude horaire du chauffeur oblige.

Nous sommes rentrés au CFA à 19h, mais quelle bonne journée !!!!.

Les apprentis de BP 1 sur 3

SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE

Les acheteurs sont déjà sur place et examinent les animaux déjà enregistrés.

La vente commence, les ovins sont vendus soit en lot, soit à l’unité. M. Bréard est installé derrière une grande vitre au-dessus de laquelle est suspendu un énorme écran, (le cadran). Sur ce cadran, diverses informations sont notées, comme le poids, la catégorie, la race et la mise à prix.

Les acheteurs sont placés dans des gradins avec des tables munies d’un bouton sur lequel ils appuient pour faire monter les enchères, 1 euro pour les ovins, 10 euros pour les bovins. La vente se termine assez rapidement car il n’y a que quelques 70 ovins, c’est une petite journée selon M. Bréard.

SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE
SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE

La vente terminée, M. Bréard nous rejoint pour nous expliquer le fonctionnement des ventes, et nous présenter les difficultés que rencontrent les éleveurs. Tout d’abord, il nous présente la vente et le fonctionnement du cadran. Il y a donc en face les acheteurs dans les gradins et le vendeur se trouve dans un petit local à côté de la cabine ou se trouve M Bréard. L’enchère commence, et les acheteurs appuient successivement sur les boutons pour faire monter les enchères, puis au bout d’un certain temps, il crie « au dernier feu messieurs », c’est-à-dire que sur le cadran il y a 4 étoiles, qu’il appelle des feux, et lorsque les acheteurs appuient, les feux s’allument successivement en repartant à zéro, jusqu’à ce que le quatrième feu s’allume, et à ce moment précis, la vente est terminée. Il annonce le prix affiché, puis demande à l’éleveur s’il est d’accord. S’il est d’accord, il annonce « vendu au numéro untel ». Si l’éleveur n’est pas d’accord, l’animal ou le lot sera présenté une deuxième fois.

Ensuite, il nous a parlé des difficultés à faire fonctionner la SICAMON. Le financement est alimenté par les prélèvements sur la vente de chaque animal, 2,5 % sur les éleveurs, et 3,5 %sur les acheteurs.

L’intérêt pour les éleveurs de vendre les bêtes au marché au cadran, c’est d’être payés  l’après-midi même de la vente, ce qui arrange certains éleveurs ayant des problèmes de trésorerie.

Puis, nous avons dégusté un plateau repas préparé par le traiteur du bourg. Ensuite, nous avons assisté au balai incessant des tracteurs et des bétaillères acheminant les bovins, quel spectacle pour nous qui ne connaissons pas le monde agricole. Pendant les déchargements, les commentaires vont bon train, « c’est quelle race ? », « c’est un mâle ? », « oh le gros taureau, il est énorme », 1 tonne 100 nous dira le bouvier à la bascule.

Puis enfin nous avons la grande chance de discuter avec les différents éleveurs. Ils nous expliquent que le métier n’est pas simple, qu’il est difficile mais agréable, qu’ils aiment ça, certains nous racontent qu’ils sont obligés d’avoir un petit travail en complément pour s’en sortir, comme faire du ramassage scolaire le matin et le soir, ou encore aménager des bâtiments pour faire de la pension pour chevaux, ce qui les aide à subsister.

Des conversations très enrichissantes qui nous permettent de comprendre ou de connaitre ce monde de l’élevage ou encore de l’agriculture.

Les ventes commencent vers 15 h, car il y a énormément de bovins. Nous en regardons quelques-unes, puis nous reprendrons le car vers 15 h 30, amplitude horaire du chauffeur oblige.

Nous sommes rentrés au CFA à 19h, mais quelle bonne journée !!!!.

Les apprentis de BP 1 sur 3

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 10:07

A partir du lundi 4 septembre commence la rentrée de tous les apprentis du CFA comme suit :

Alternance A : Lundi 4 septembre

CAP R 1 A, CAP R2 A, CAP R 1 an A, BP 3, BP 2

Alternance B : Lundi 11 septembre

CAP 2 B, CAP R 1 B, CAP R2 B, CAP R 1 an B, BP 2/3, BP 3/3

Alternance C : Lundi 18 septembre

CAP 1C1, CAP 1C2, CAP2C1, CAP 2C2, BP 1

 

Bonne rentrée à tous !

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 17:20

  Rendez vous le lundi 27 novembre 2017 pour la Fête des Récompenses

LISTE DES ADMIS

AMALAKHLahoucine
AMARDavid
AMEKRAZMohamed-Hamza
ANDRIANTAHINASébastien
ANTHONYFlorent
ASLANFranck
AUBUGEAUCamille
AUMARYAlex
AZNIKIANVartan
BAHAmadou
BARBERETLucas
BARDINPierre
BARLAGNEMathys
BARONGuelord
BASSONEliel
BENMAHIOULSofiane
BERTONMorgan
BERTOUXAntonin
BIALECKIAlexis
BIANCHILucas
BLACKSTONEMax
BODATMaxime
BONIFACEValentin
BOUCHÉAlexandre
BOUELLEAxel
BOURGEOISClément
BOURGUAAziz
BUGNONWilliam
BULLANLuka
BULUTDurali
CANDELOVincent
CAULIGuillaume
CHAMBRILLONErwan
CHARIGNONFabrice
CHEVALIERAlan
CHIKHOUNEMohand
CHOTARDValentin
CHOUPAULTAxel
COMMUNIERAxelle
CONTANSINEnzo
CORBELaurys
CORLOUERBenjamin
CORREHubert
CORTOTAnthony
COUDERTQuentin
COURTOISDennis
CRETYThomas
CUNAEldine
DAVIDDamien
  
  

 

DE CARVALHO PIRESHadrien
DE MOUSTIERJulien
DELPIERREThéo
DESMOUCEAUXAlexandre
DESSERPRITAntoine
DIONWilliam
DOS SANTOSThibault
DRAMEChekou Oumar
DUMONTChristophe
DUPUISQuentin
EL ABIDNordine
EL HASSANIKhalid
EVEZARDNicolas
EYGRETAxel
FERRAROGaëtan
FIORUCCIDamien
FROMENTINLorenzo
GARCIAEsteban
GARNIERValentin
GAUGUETJules
GAUTIERNathan
GEOFFRIONRayane
GERARDLouis
GESLAINGabriel
GIBIERAudran
GLACHANTLoîck
GRAVELLEMathieu
HAMMAMIFadi
HAOCASMax
HORYMaxime
 

 

HOUDOIREAndréa
IZZOMathieu
JOLYThomas
KHATRIBilal
LAMISCARREYan
LASVESNEBryan
LAUSSERJérémy
LE BOULCHFlorian
LE CARNECFrédérick
LE GUENThomas
LE QUINTRECMarc
LE SOMMERRodolphe
LEBOUCQTimothée
LECLERCHadrien
LEDRUKylian
LEFRANCGuillaume
LELEUValentin
LEROYTrystan
LOUAILMohamed
MAHIMathieu
MAILLIARDAntoine
MANGINLéo
MASYSTom
MEHDAOUIIbrahim
MELOSacha
MERADThomas
MERMILLONChristophe
MESUREURTeddy
MIGNATONRodolphe
MIRABELLALorenzo
MONACOWilfried
MORANDIJérôme
MOREAUQuentin
MORINVincent
NAIGREJordan
NOGHEROTBenjamin
PEREZPhilippe
PESCOLouis
PETIJONDaivy
PINELQuentin
PLESELTérence
POMBOURCQJulien
PRONIERTristan
PRONOSTDamien
RAKKABYAnis
RAMOUSSENicolas
REMYLudovic
RIGALKillian
ROBACFrédéric
ROGERJean-Claude
  

 

  
SALVATOREThibaut
SANCHESBaptiste
SCHEFFERChristopher
SILINEZinedine
SILLARONicolas
SPASICStefan
STAPFBastien
TEISSETGrégoire
TELLIERHugo
TELLIERMaxime
THABUITGaëtan
THOMASGaël
TORGUEMaxime
VALLADIERQuentin
VANDEVOORDEMathieu
VAYSSIEREAlexandre
VIDEIRATony
VIEIRAToni
WALTERMike
ZAOUIARamdane
ZEGGAIAnthony
Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 15:29

Liste des admis :

AVENELCristal
BADINOTVincent
BLANQUEZBenjamin
BOULETMaxime
BRAKOVICNikola
BRECHONLéo
CAMPIGLIAUlysse
CANTAMESSIVincent
COLASSYDylan
DA FONSECARaphaël
DESBROSSESBenjamin
DURIEUXAlexandre
GAUTHIERBertrand
HIMBERJulien
LALUQUEAxel
LELOUPGaëtan
MALCATOKévin
MERIELAdrien
MOUNIER-POULATCôme
PAGE-LALUCGuillaume
PAILLUSSONAlexandre
PERSANDJason Sing
PETITBenoît
TEIXEIRADavid
THEBAULTJérémy
VEDYArthur
VOUILLONAlexandre

 

Rendez vous le lundi 27 novembre 2017 pour la Fête des Récompenses !

 

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:31

 

  • EPREUVE EP2 (PRATIQUE)

à 8HEURES PRECISES DANS LES VESTIAIRES

Matériel à fournir par le candidat

 

Tenue complète comprenant :

Outils comprenant :

 

  • 1 casquette ou calot

 - 2 couteaux à désosser

  • 1 veste ou une blouse

 - 1 couteau à désosser identifié M.R.S

  • 3 tabliers droits ou 1 tablier parisien, « bavette »

 - 1 couteau à éplucher

 - 1 fusil

  • 1 tablier de protection

 - ficelle

  • Chaussures de sécurité

 - 1 rouleau de papier à usage unique

  • Gant de protection

 

  • Tablier à usage unique

 

 

 

Veillez à avoir une tenue propre pour l’EP3 !

  • EPREUVE EP3 (ORAL COMMERCIALISATION)

Après-midi :  30 MINUTES DANS LES VESTIAIRES AVANT L’HEURE DE PASSAGE

 

Tenue complète comprenant :

  • 1 casquette ou calot
  • 1 veste ou une blouse
  • 3 tabliers droits ou 1 tablier parisien, « bavette »
  • Chaussures de sécurité

 

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 14:03

Les apprentis de Brevet Professionnel se sont rendus au laboratoire de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire), à l'Ecole Vétérinaire  de Maisons-Alfort dans le cadre des séances de sciences appliquées. Cette action permet d’insister notamment sur l’hygiène en milieu professionnel et les différents virus ou bactéries présents dans les aliments.

Merci à Agnès CHAMOIN de nous accueillir tous les ans et de permettre une mise en pratique des notions théoriques.

Le groupe de BP 3 sur 3 avec Patricia COCHET, Pierre CHOUCROUN et Agnès CHAMOIN

Le groupe de BP 3 sur 3 avec Patricia COCHET, Pierre CHOUCROUN et Agnès CHAMOIN

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 11:51
Visite aux abattoirs du Neubourg

Il est 6h30, la section de CAPR1an B, M. Denis et moi- même montons dans le car pour partir en direction de l’abattoir de la SOCOPA, situé au Neubourg (Eure). Des apprentis manquent à l’appel. Nous apprendrons plus tard qu’ils ne pouvaient pas nous rejoindre faute de moyen de transport.

 

A 8h30, nous arrivons dans la zone industrielle du Neubourg. Voilà maintenant un quart d’heure que les dormeurs sont réveillés grâce à ma « douce » voix, pas question de se présenter à nos accompagnateurs la mine endormie. Par ailleurs, cette visite se fera sans photo, les portables restent au placard. L’image de l’entreprise est en jeu, les derniers scandales médiatiques ont eu raison de la bienveillance de nos guides. Désormais, nous ne verrons plus la mise à mort !

 

Sous les conseils d’une employée, nous enfilons une tenue constituée d’une blouse, de sur chaussures, d’une charlotte et d’un casque. Puis nous nous divisons en deux groupes pour faciliter nos déplacements, n’oublions pas que nous sommes dans un espace de travail. Afin d’éviter tout risque de contamination croisée, nous allons suivre le parcours inverse des produits, c’est-à-dire du secteur propre (Transformation, emballage) vers le secteur sale (abattage, stabulation). Certains apprentis auraient préféré un parcours chronologique pour des raisons pédagogiques mais dans ce type d’établissement, la salubrité des produits et la protection des consommateurs sont primordiales.

 

Nous découvrons donc tour à tour les locaux et leurs activités : dans le premier que nous visitons, nous avons la surprise de constater qu’une machine est capable de piécer des morceaux de sauté au poids demandé. Grâce à un scanner qui détermine le poids de ces derniers et à un employé qui découpe des bandes de viande que la machine « avale » à l’aide d’un tapis roulant.

 

Puis nous entrons dans le local où les carcasses sont coupées en morceaux de gros afin d’être commercialisés aux professionnels. L’objectif est de soulager les livreurs qui doivent porter les carcasses, rappelons qu’une nouvelle réglementation stipule que le poids des morceaux doit être inférieur à 55 kg. Ces coupes permettent également aux professionnels d’acheter les produits dont ils ont besoin. L’opérateur qui réalise la coupe des carcasses possède une étonnante dextérité, il parvient à tenir son couteau de la main droite comme de la main gauche. Certains de ces morceaux sont ensuite désossés et conditionnés sous vide.

 

L’étape suivante est l’abattage et la transformation de l’animal vivant en carcasse. Nous découvrons donc à rebours : la salle de ressuage qui permet d’abaisser la température des carcasses, la pesée et la classification grâce auxquelles leur valeur est déterminée. Progressivement nous pouvons observer le rôle des opérateurs et leur poste de travail (l’émoussage, la fente, l’éviscération, la dépouille…). Les apprentis constatent que chaque carcasse ainsi que leurs abats sont passés au crible par les inspecteurs vétérinaires pour définir si cette dernière est propre à la consommation : c’est la visite « post mortem ». Ils officialisent leur inspection par l’estampillage. Le « tampon » est apposé sur différentes parties de la carcasse, rappelons que cette dernière est ensuite coupée en morceaux de coupe de gros (ART8, AVT5). La seule étape qui n’est pas visible, au grand dam de nos apprentis, est la mise à mort des animaux. Comme je l’expliquai plus haut les consignes sont formelles. Nous découvrons donc la première transformation à l’étape de l’habillage.

Nous finissons notre visite par la stabulation. Là, les animaux sont parqués à leur arrivée dans le but de les déstresser, n’oublions pas qu’ils ne sont pas habitués aux « transports en commun ». Chaque animal sera contrôlé par un vétérinaire qui établira qu’il peut être dirigé vers la chaine d’abattage. C’est à ce moment qu’il vérifie les boucles d’identification ainsi que le passeport des animaux. Ces informations sont enregistrées dans la base de données de l’abattoir et permettront d’établir le numéro d’abattage. Les bovins de plus de 30 mois sont signalés à l’abattoir, rappelons que la réglementation MRS est de nouveau en vigueur. Cette information apparaitra sur le ticket de pesée sous forme d’un liseré bleu.

 

Il est 11h30. Notre visite est à présent terminée, nous retournons donc déposer nos tenues jetables dans des poubelles réservées à cet effet. Puis nous nous dirigeons vers une salle pour le déjeuner. Durant le repas, les discussions vont bon train, les apprentis expriment leurs ressentis : Ils sont ravis d’avoir pu observer l’ensemble des opérations nécessaires pour obtenir le produit qu’eux-mêmes seront amenés à travailler : une carcasse. De plus, ils connaissent à présent les différentes étapes qui permettent la création de la traçabilité (du passeport bovin au numéro d’abattage jusqu’au conditionnement des produits sous vide).

 

Nombreux sont ceux qui peuvent enfin se vanter d’avoir vu une demie bête entière et non coupée en quartier. Pour d’autres, ils ont enfin vu une carcasse de bœuf en « chair et en os » ça les changent des photos sur papier glacé présentent dans leur fascicule d’anatomie. En effet, leurs entreprises achètent la viande de bœuf en PAD (prêt à découper).

 

J’ai prévu un questionnaire qui sera complété le lendemain en cours de technologie. Le but est simple : réutiliser des connaissances acquises pour qu’ils se rendent compte de leur progression depuis la rentrée et anticiper les prochaines séances. Cette visite pédagogique va me permettre d’aborder le cours sur l’abattage en m’appuyant sur le vécu des apprentis. Ils comprendront et mémoriseront ainsi plus facilement les connaissances que je vais leur transmettre. Le fascicule de technologie et ses illustrations ainsi que les cours dispensés au CFA ne peuvent pas remplacer une expérience enrichissante comme celle-ci !

Repost 0
Published by Patrick LARBI
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 09:03

Onze  apprentis, habillés par Le savetier de Rungis, ont participé à la première sélection régionale Ile de France des 3 Fédérations. Les candidats viennent des 3 CFA : IMA de Meaux, CMA de Versailles et l'EPB

Durant quatre heures de travail, les jeunes ont travaillé le désossage, le parage, l'épluchage, le ficelage et la décoration. Parmi eux, 5 apprentis de l'EPB :

 

 

Gaétan THABUIT,  chez Bruno SEYS (94)

Gaétan THABUIT,  chez Bruno SEYS (94)

Lorenzo MIRABELLA, chez Daniel DESMARCHELIER (77)

Lorenzo MIRABELLA, chez Daniel DESMARCHELIER (77)

Alan CHEVALIER, chez Florent BERNET (94)

Alan CHEVALIER, chez Florent BERNET (94)

Rodolphe LE SOMMER, chez Jean François VEAU (93)

Rodolphe LE SOMMER, chez Jean François VEAU (93)

Quentin VALLADIER, Chez Eric TELLIER (91)

Quentin VALLADIER, Chez Eric TELLIER (91)

Nicolas RAMOUSSE, chez Philippe BOURDIN (75)

Nicolas RAMOUSSE, chez Philippe BOURDIN (75)

Les 11 candidats après l'épreuve

Les 11 candidats après l'épreuve

C'est le Président de Jury Thierry MICHAUD  qui  donne les résultats. Il  appelle les six candidats exæquos par ordre alphabétique puis le cinquième, le quatrième, le troisième et les deux premiers sont Jean Hugo DE MOURA    apprenti  chez Jacques NOUET  à ACHERES 78 et Nicolas RAMOUSSE apprenti chez Philippe BOURDIN à PARIS 18ème.

 

 

Nicolas avec Madame et Monsieur BOURDIN.

Nicolas avec Madame et Monsieur BOURDIN.

Félicitations aux deux lauréats et à leurs Maîtres d’apprentissage.

Ils  seront  « nos  ambassadeurs » pour  la Région Ile- de- France lors de la finale du concours du MAF qui se déroulera les 2 et   avril à AUXERRE dans l’YONNE.  Nous leur souhaitons bonne chance.

Les finalistes avec Thierry MICHAUD, président de Jury, Nathalie GOMEZ, Directrice du CFA, Lucette BERTRAND, Directeur Général,Alex HARLE, Président de l’Organisation Professionnelle du 77, Jean-Raymond DUMAS, Président de la  Fédération de Noisy le Roi  , Jean-François GUIHARD, président confédéral, Claude ANTHIERENS, Président de l'EPB, Jean- Claude OBRIOT, Président de la Fédération de la Boucherie de Paris Île de France et Pascal BARILLON Président de la Chambre des Métiers de Paris

Les finalistes avec Thierry MICHAUD, président de Jury, Nathalie GOMEZ, Directrice du CFA, Lucette BERTRAND, Directeur Général,Alex HARLE, Président de l’Organisation Professionnelle du 77, Jean-Raymond DUMAS, Président de la Fédération de Noisy le Roi , Jean-François GUIHARD, président confédéral, Claude ANTHIERENS, Président de l'EPB, Jean- Claude OBRIOT, Président de la Fédération de la Boucherie de Paris Île de France et Pascal BARILLON Président de la Chambre des Métiers de Paris

Les finalistes avec Jean-François GUIHARD, président confédéral, Alex HARLE, Président de l’Organisation Professionnelle du 77, Jean-Raymond DUMAS, Président de la  Fédération de Noisy le Roi  et Jean- Claude OBRIOT, Président de la Fédération de la Boucherie de Paris Île de France

Les finalistes avec Jean-François GUIHARD, président confédéral, Alex HARLE, Président de l’Organisation Professionnelle du 77, Jean-Raymond DUMAS, Président de la Fédération de Noisy le Roi et Jean- Claude OBRIOT, Président de la Fédération de la Boucherie de Paris Île de France

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 08:53
Concours de vitrines au festival du boeuf de Charolles

 Le 4 décembre dernier a eu lieu le 8ème concours de vitrines de viandes à Charolles dans le cadre du festival du Bœuf Charolais. C’est la 2ème année que nous envoyons des jeunes. En 2015, le binôme Clément LECORDIER et Quentin LEGEAY avait remporté le 3ème prix.

Cette année, Nicolas RAMOUSSE et Quentin VALLADIER, respectivement en contrat d’apprentissage chez Philippe BOURDIN dans le XVIIIème arrondissement de Paris et Eric TELLIER à Montgeron y ont participé.

Dès le samedi, encadrés par le président Claude ANTHIERENS et Pascal PICHON, formateur technique, les jeunes ont pu faire la visite des animaux et en apprécier la qualité bouchère. Durant les deux jours, ce sont près de 750 bêtes qui sont engagées dans des concours et qui attirent plus de 3000 visiteurs

Ce concours ouvert aux jeunes de 2ème année de CAP est organisé par l’Association Institut Charolais avec la société d’Agriculture et d’élevage du Charolais, le syndicat départemental et régional de la boucherie, Interbev, la société Bigard et Charolais Viandes. Il a pour objectif de mettre en avant le métier de boucher et toutes ses facettes, d’inciter les jeunes à s’orienter vers cette profession en manque de main d’œuvre, d’encourager et de valoriser les formateurs des CFA et les maîtres d’apprentissage en créant des challenges entre eux. D’ailleurs ce sont 19 CFA dont 3 de Suisse qui étaient présents cette année contre 14 l’an passé.

Le binôme d’apprentis a dû réaliser sa vitrine à partir de viandes de race charolaise : une raquette, une côte de bœuf, une queue de bœuf et un morceau de caparaçon. Les destinations culinaires étaient variées : pot au feu, braisé, bourguignon, viandes à griller et à rôtir. Les jeunes ont préparé des décors devant les membres du jury afin de mettre en valeur le produit, présenté la traçabilité des viandes et indiqué le nom et la destination culinaire de chaque morceau sur un support.

 

Durant 3h30, les apprentis ont désossé, séparé, paré, épluché, ficelé, bridé et lardé démontrant ainsi tout leur savoir-faire devant le jury composé de professionnels de la boucherie pour la partie technique et des professionnels de la filière pour la partie présentation et originalité de la vitrine. C’est Romain LEBOEUF, MOF 2015, qui présidait le jury pour la deuxième année consécutive.

 

A l’issue de l’épreuve et en présence de Jean-François GUIHARD, nouveau président de la Confédération Française de la Boucherie Charcuterie, nos deux apprentis ont obtenu le Premier Prix, récompensant ainsi leur savoir-faire, leur application et le travail d’équipe.

Bravo à tous les deux et vivement l’année prochaine !

Concours de vitrines au festival du boeuf de Charolles
Concours de vitrines au festival du boeuf de Charolles
Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:18

Stage de 3 jours au CFA qui permet de découvrir les formations proposées, de connaître des les droits et les devoirs de l'apprenti, de se préparer à un entretien d'embauche, d'utiliser les outils et de travailler le produit et de visiter une boutique artisanale.

Les dates :

- 30 janvier au 1er février

- 27 février au 1er mars

- 15 au 17 mars

- 2 au 4 mai

- 9 au 11 mai

N'hésitez avec prendre contact

avec Marie Caroline MARTIN

01 43 45 23 72

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article

Nos formations

 

Alternance : une semaine de CFA à 35 heures de formation et 2 semaines en entreprise.

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces