Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Rechercher

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

Réunion des maîtres d'apprentissage : lundi 23 octobre

Réunion parents/formateurs : jeudi 9 novembre 

4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 10:33

Le mardi 9 mai, nous avions rendez-vous à 6 h 45 devant le CFA pour un départ prévu à 7 h. le but, la visite du marché au cadran de Soligny la trappe en Normandie, plus précisément dans l’Orne.

Nous étions accompagnés pour cette sortie de M. Ryckoort et M. Pichon, nos formateurs au CFA.

Après 2h30 de voyage, nous voici enfin arrivés. L’accueil est très chaleureux de la part des éleveurs de la région, et de la part de l’équipe de la SICAMON, (Société d’Intérêt Collectif Agricole des Marchés Organisés de Normandie) dont le président M. Bréard.

Après les présentations, nous avons pu assister au déchargement des ovins dans les différents enclos. Ensuite une vérification de l’identité des animaux est faite. Chaque ovin est muni d’une boucle d’oreille avec une puce à l’intérieur qui permet d’identifier les animaux avec un appareil. Ensuite les animaux passent à la pesée.

Les acheteurs sont déjà sur place et examinent les animaux déjà enregistrés.

La vente commence, les ovins sont vendus soit en lot, soit à l’unité. M. Bréard est installé derrière une grande vitre au-dessus de laquelle est suspendu un énorme écran, (le cadran). Sur ce cadran, diverses informations sont notées, comme le poids, la catégorie, la race et la mise à prix.

Les acheteurs sont placés dans des gradins avec des tables munies d’un bouton sur lequel ils appuient pour faire monter les enchères, 1 euro pour les ovins, 10 euros pour les bovins. La vente se termine assez rapidement car il n’y a que quelques 70 ovins, c’est une petite journée selon M. Bréard.

La vente terminée, M. Bréard nous rejoint pour nous expliquer le fonctionnement des ventes, et nous présenter les difficultés que rencontrent les éleveurs. Tout d’abord, il nous présente la vente et le fonctionnement du cadran. Il y a donc en face les acheteurs dans les gradins et le vendeur se trouve dans un petit local à côté de la cabine ou se trouve M Bréard. L’enchère commence, et les acheteurs appuient successivement sur les boutons pour faire monter les enchères, puis au bout d’un certain temps, il crie « au dernier feu messieurs », c’est-à-dire que sur le cadran il y a 4 étoiles, qu’il appelle des feux, et lorsque les acheteurs appuient, les feux s’allument successivement en repartant à zéro, jusqu’à ce que le quatrième feu s’allume, et à ce moment précis, la vente est terminée. Il annonce le prix affiché, puis demande à l’éleveur s’il est d’accord. S’il est d’accord, il annonce « vendu au numéro untel ». Si l’éleveur n’est pas d’accord, l’animal ou le lot sera présenté une deuxième fois.

Ensuite, il nous a parlé des difficultés à faire fonctionner la SICAMON. Le financement est alimenté par les prélèvements sur la vente de chaque animal, 2,5 % sur les éleveurs, et 3,5 %sur les acheteurs.

L’intérêt pour les éleveurs de vendre les bêtes au marché au cadran, c’est d’être payés  l’après-midi même de la vente, ce qui arrange certains éleveurs ayant des problèmes de trésorerie.

Puis, nous avons dégusté un plateau repas préparé par le traiteur du bourg. Ensuite, nous avons assisté au balai incessant des tracteurs et des bétaillères acheminant les bovins, quel spectacle pour nous qui ne connaissons pas le monde agricole. Pendant les déchargements, les commentaires vont bon train, « c’est quelle race ? », « c’est un mâle ? », « oh le gros taureau, il est énorme », 1 tonne 100 nous dira le bouvier à la bascule.

Puis enfin nous avons la grande chance de discuter avec les différents éleveurs. Ils nous expliquent que le métier n’est pas simple, qu’il est difficile mais agréable, qu’ils aiment ça, certains nous racontent qu’ils sont obligés d’avoir un petit travail en complément pour s’en sortir, comme faire du ramassage scolaire le matin et le soir, ou encore aménager des bâtiments pour faire de la pension pour chevaux, ce qui les aide à subsister.

Des conversations très enrichissantes qui nous permettent de comprendre ou de connaitre ce monde de l’élevage ou encore de l’agriculture.

Les ventes commencent vers 15 h, car il y a énormément de bovins. Nous en regardons quelques-unes, puis nous reprendrons le car vers 15 h 30, amplitude horaire du chauffeur oblige.

Nous sommes rentrés au CFA à 19h, mais quelle bonne journée !!!!.

Les apprentis de BP 1 sur 3

SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE

Les acheteurs sont déjà sur place et examinent les animaux déjà enregistrés.

La vente commence, les ovins sont vendus soit en lot, soit à l’unité. M. Bréard est installé derrière une grande vitre au-dessus de laquelle est suspendu un énorme écran, (le cadran). Sur ce cadran, diverses informations sont notées, comme le poids, la catégorie, la race et la mise à prix.

Les acheteurs sont placés dans des gradins avec des tables munies d’un bouton sur lequel ils appuient pour faire monter les enchères, 1 euro pour les ovins, 10 euros pour les bovins. La vente se termine assez rapidement car il n’y a que quelques 70 ovins, c’est une petite journée selon M. Bréard.

SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE
SORTIE AU MARCHE AU CADRAN DE SOLIGNY LA TRAPPE

La vente terminée, M. Bréard nous rejoint pour nous expliquer le fonctionnement des ventes, et nous présenter les difficultés que rencontrent les éleveurs. Tout d’abord, il nous présente la vente et le fonctionnement du cadran. Il y a donc en face les acheteurs dans les gradins et le vendeur se trouve dans un petit local à côté de la cabine ou se trouve M Bréard. L’enchère commence, et les acheteurs appuient successivement sur les boutons pour faire monter les enchères, puis au bout d’un certain temps, il crie « au dernier feu messieurs », c’est-à-dire que sur le cadran il y a 4 étoiles, qu’il appelle des feux, et lorsque les acheteurs appuient, les feux s’allument successivement en repartant à zéro, jusqu’à ce que le quatrième feu s’allume, et à ce moment précis, la vente est terminée. Il annonce le prix affiché, puis demande à l’éleveur s’il est d’accord. S’il est d’accord, il annonce « vendu au numéro untel ». Si l’éleveur n’est pas d’accord, l’animal ou le lot sera présenté une deuxième fois.

Ensuite, il nous a parlé des difficultés à faire fonctionner la SICAMON. Le financement est alimenté par les prélèvements sur la vente de chaque animal, 2,5 % sur les éleveurs, et 3,5 %sur les acheteurs.

L’intérêt pour les éleveurs de vendre les bêtes au marché au cadran, c’est d’être payés  l’après-midi même de la vente, ce qui arrange certains éleveurs ayant des problèmes de trésorerie.

Puis, nous avons dégusté un plateau repas préparé par le traiteur du bourg. Ensuite, nous avons assisté au balai incessant des tracteurs et des bétaillères acheminant les bovins, quel spectacle pour nous qui ne connaissons pas le monde agricole. Pendant les déchargements, les commentaires vont bon train, « c’est quelle race ? », « c’est un mâle ? », « oh le gros taureau, il est énorme », 1 tonne 100 nous dira le bouvier à la bascule.

Puis enfin nous avons la grande chance de discuter avec les différents éleveurs. Ils nous expliquent que le métier n’est pas simple, qu’il est difficile mais agréable, qu’ils aiment ça, certains nous racontent qu’ils sont obligés d’avoir un petit travail en complément pour s’en sortir, comme faire du ramassage scolaire le matin et le soir, ou encore aménager des bâtiments pour faire de la pension pour chevaux, ce qui les aide à subsister.

Des conversations très enrichissantes qui nous permettent de comprendre ou de connaitre ce monde de l’élevage ou encore de l’agriculture.

Les ventes commencent vers 15 h, car il y a énormément de bovins. Nous en regardons quelques-unes, puis nous reprendrons le car vers 15 h 30, amplitude horaire du chauffeur oblige.

Nous sommes rentrés au CFA à 19h, mais quelle bonne journée !!!!.

Les apprentis de BP 1 sur 3

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ
commenter cet article

commentaires

Nos formations

 

Alternance : une semaine de CFA à 35 heures de formation et 2 semaines en entreprise.

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces