Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Rechercher

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

Réunion des maîtres d'apprentissage : lundi 23 octobre

Réunion parents/formateurs : jeudi 9 novembre 

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:23

Arrivée à Verdilly, vers 10 heures, nous découvrons le site de l’O.S.O.N. Leur principale activité est de sélectionner les meilleurs béliers pour pouvoir développer et améliorer génétiquement la race Ile de France.

 

M. Lemaire, dans un premier temps, nous explique de façon théorique le travail de sélection effectué dans ces lieux. Il aborde donc les critères de sélection comme la classification de l’animal, ses valeurs génétiques, son environnement de vie, sa croissance, sa production de gras. Nous apprenons que la race Ile de France est issue d’un croisement entre la race Dishley (anglaise) et la race Mérinos (espagnole). Cette race fut élevée, après l’abolition de l’esclavage, car il fallait trouver un débouché pour les résidus issus de la production de sucre (pulpe de betterave).

  CIMG7424

 

CIMG7422

 

 

M. Lemaire nous présente le système pyramidal : Au départ, 25 000 béliers sont soumis à un premier contrôle. Ce qui permet de sélectionner 1 500 d’entre eux, les meilleurs, qui à nouveau subissent des tests pour en garder, cette fois-ci, 350.

Au final, ce sont les 20 meilleurs qui seront conservés pour effectuer des prélèvements de semence qui seront pour inséminer des femelles dans toute la France.

 

La race Ile de France a peu de laine, elle ne possède pas de corne que ce soit le mâle comme la femelle. Son agnelage se fait au début de l’automne (mi septembre). Les agneaux qui ne sont pas conservés, sont abattus en hiver car c’est la période où il y a une forte demande (fêtes de fin d’année). Une brebis peut agneler de 1 ou 2 agneaux à la fois.

 

Il nous explique également en quoi ces sélections sont importantes : L’objectif est de diminuer l’épaisseur du gras et d’augmenter la quantité de muscle, surtout au niveau de la taille de la noix. On cherche aussi à améliorer la croissance de l’animal.

L’exposé se termine avec des détails concernant l’insémination artificielle et son déroulement. Cette technique de reproduction est la plus rapide et la plus efficace.

 

Lors de la visite de la bergerie, on découvre les béliers et leur mode d’alimentation (céréales, foin, compléments). Ces aliments sont nécessaires pour combler les besoins des animaux. M. Lemaire nous permet de découvrir l’ensemble des étapes pour réaliser un prélèvement, partie très intéressante puisqu’on a pu observer des spermatozoïdes au microscope.

Nous rejoignons le lycée agricole de Crézancy, lieu où nous déjeunons. Cet établissement possède 5 ateliers : une bergerie, une poulinière, une étable avec des races laitières, un atelier viticole produisant du champagne, et un cellier dans lequel sont entreposées les pommes avec lesquelles les élèves fabriquent du jus, une partie d’entre elles est livrée en Normandie pour réaliser du cidre.

  CIMG7432

CIMG7437

 

 

Madame Vanesson, directrice de l’exploitation, sera notre guide durant la visite. Nous débutons par la bergerie, où nous pouvons voir l’ensemble des ovins élevés sur le site. Madame Vanesson nous explique qu’à la naissance des agneaux, on place un élastique sur leur queue pour couper la circulation du sang pour la dessécher afin qu’elle tombe. Les premiers jours, l’agneau est isolé avec sa mère pour qu’ils s’habituent l’un à l’autre.

Les animaux sont nourris avec un mélange de soja, de maïs, de foin…sauf les agneaux qui ont une grille adaptée à leur taille qui leur permet de manger des compléments alimentaires en plus de téter leur mère. Les animaux sont régulièrement analysés, on étudie leur performance pour déterminer leur croissance.

Lorsqu’une brebis ne produit plus de lait ou lorsqu’elle n’agnèle plus, ou qu’elle a un problème physique quelconque, elle est réformée donc abattue. Les agneaux sont produits pour leur viande. Certaines femelles sont gardées pour renouveler le cheptel.

La traçabilité est rigoureusement appliquée : tous les animaux ont des boucles aux oreilles qui les identifient. Les agneaux de boucherie sont vendus en coopérative, cette dernière établit une norme : plus la carcasse s’éloigne de cette norme, plus le prix baisse. Ce procédé ne permet pas de faire des marges correctes. Pour cette raison, le lycée s’efforce de vendre leur production en direct, en demi carcasse.

 CIMG7479

L’atelier poulinière consiste à élever des juments pleines pour ensuite s’occuper du poulain. D’après ce que nous a expliqué la directrice d’exploitation, élever un poulain est compliqué car celui-ci est très fragile. Beaucoup d’élèves de ce lycée viennent bénévolement s’en occuper, les caresser, les brosser… Les chevaux ne sont donc pas du tout craintifs car ils ont l’habitude de voir du monde.

L’atelier laitier consiste à élever des prim’holstein pour produire du lait.  La production annuelle est de 300 000 litres. La traite se fait à 6 et à 17 heures et dure en tout deux heures dans la journée. Madame Vanesson souhaiterait doubler la production pour qu’elle soit plus rentable, d’autant que le temps de travail ne prendrait du coup que 3 heures.

  CIMG7504

CIMG7507

 

 

L’atelier viticole comprend la culture du raisin destiné à la fabrication du champagne car le lycée est situé dans la région AOC. La production est vendue généralement à des habitués.

 

A cela s’ajoute la production de céréales (maïs, soja, orge...) distribuées aux animaux ce qui permet de réduire les coûts. L’établissement possède un grand parc mécanique, ce qui engendre du travail au niveau de l’entretien.

Toute l’exploitation fonctionne avec 5 employés et les élèves qui sont absents, bien sûr, durant les vacances et les week-end.

 

Nous avons appris beaucoup de choses sur le monde agricole, qui est pour nous, très important car la boucherie n’existe pas sans l’élevage et inversement.

 

 

Ecrits réalisé par deux apprentis en BP 2ème année Messieurs BELES et LOHAT

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article

commentaires

Nos formations

 

Alternance : une semaine de CFA à 35 heures de formation et 2 semaines en entreprise.

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces