COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

 

Finale du Concours du Meilleur Apprenti de France : 6 et 7 avril 2014

 

Examens 2014 : CAP début des épreuves avec les langues vivantes optionnelles du 7 au 11 avril et l'histoire et géographie les 28 et 29 avril

BP : épreuves écrites les 19, 20 et 21 mai 2014

Nos formations

Le préapprentissage :

 

  DIMA DIMA

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

APPRENTIS

Lundi 24 mars 2014 1 24 /03 /Mars /2014 16:22

Le 12  février dernier a eu lieu la pré sélection du concours Meilleur Apprenti de France pour les départements des Yvelines, du Val d'Oise et de l'Essonne.

L'épreuve se déroulait au CFA de VErsailles et parmi les concurrents se trouvaient :

- Guillaume ROUZIOUX, apprenti chez M. BORDEAU à Savigny sur Orge,

- Maxime FEZARD, apprenti chez M. NARDON à Maison-Lafitte,

- Fabien VEAU, apprenti chez M. JOUFFLINEAU à Beauchamp,

-Alexandre PEOT, apprenti chez M. LOMBERT, à Versailles.

 

photo groupe

C'est le Président DUMAs qui a proclamé les résultats en présence des présidents OBRIOT et MERHET et c'est Fabien VEAU qui participera à la finale les 6 et 7 avril prochains à l'ENSMV, en compagnie de Quentin GRIMBERT.

 FABIEN VEAU

 

Nous aurons donc deux candidats qui porteront les couleurs de l'EPB !

Souhaitons leur bonne chance !

Par Nathalie GOMEZ - Publié dans : APPRENTIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 mars 2014 4 20 /03 /Mars /2014 15:23

Depuis quelques années, le CFA est inscrit dans le dispositif Apprentis au Cinéma. Cette année, les formateurs de français, Stéphanie CHARVERON et Pierre CHOUCROUN ont  choisi 3 films " Deep end", "la Famille Tenenbaum" et "Camille redouble".

 

C'est ce dernier qui fait l'objet du travail ci-dessous, réalisé par les apprentis de CAP R 1 A.

 

Camille redouble

 

 

 SYNOPSIS

Actrice aux maigres cachets, Camille Vaillant, quarante ans, une fille de 25 ans et un penchant pour le whisky, vit une séparation houleuse avec Éric. La veille du Nouvel An, elle retrouve ses amies de lycée dans une fête costumée. Saoule, elle s’évanouit à minuit. À son réveil, ses parents, pourtant morts, viennent la chercher à l’hôpital: projetée en 1985 la veille de ses seize ans, Camille retrouve sa vie d’adolescente et ses trois meilleures amies, Josépha, Alice et Louise. Au lycée, elle rencontre Éric, mais connaissant l’issue de leur amour, elle repousse ses avances. L’intensité de leur échange à l’atelier-théâtre du lycée finit par la convaincre de sortir avec lui. Elle confie à son professeur de physique, Alphonse, qu’elle vient du futur. Éric lui déclare son amour après leur première nuit ensemble et lui offre une bague que Camille refuse de porter. Découvrant qu’elle est enceinte de lui, elle se confie à sa mère, dont la mort, le lendemain, confirme que Camille est impuissante à modifier son passé. Alphonse accepte de conserver pour l’avenir une cassette contenant la voix de sa mère. Éric, qui les surprend s’embrassant, rompt à son tour. Contrainte de continuer à jouer avec lui Les amoureux de Goldoni à l’atelier-théâtre, elle montre à Éric qu’elle porte la bague, lui avoue son amour et s’évanouit. Elle se réveille vingt-cinq ans plus tard aux côtés de ses amies quarantenaires, le lendemain de la fête du Nouvel An. Après des retrouvailles émues avec Alphonse qui lui rend la cassette, elle a rendez-vous avec Éric à l’écart de la ville. Elle raconte son voyage dans le temps et sa surprise d’avoir revécu différemment leur premier baiser. Ils se sourient. Camille s’éloigne dans une rue enneigée.

 

TEMOIGNAGE D’APPRENTIS  

 

Dans le cadre du dispositif « Apprentis et lycéens au cinéma » proposé par la région Ile-de-France, les apprentis des classes de CAP première année et de BP 3ans ont la possibilité, durant l’année, de découvrir dans une salle de cinéma parisienne deux films. C’est une vraie chance de pouvoir montrer aux élèves des films qu’ils n’auraient jamais eu l’envie ou l’occasion de voir. Pour eux le cinéma est avant tout un divertissement et non un moyen d’accéder à la culture ou à des références communes. Le cinéma est pour eux synonyme d’action, de spectaculaire. Face à ces films proposés, les apprentis doivent donc effectuer un travail d’observation, d’attention (les caractéristiques de chaque personnage, le lieu de l’action, le découpage en séquences ou moments forts du film…). Souvent les films proposés sont très très loin de leurs goûts mais ils entrent dans le projet et détestent ou adorent mais au moins ressentent quelque chose. Le but est donc qu’ils ne soient pas inertes face à une succession d’images mais qu’ils aient un esprit critique (pourquoi tel ressenti ? pourquoi cette adhésion ? pourquoi ce rejet ? pourquoi cet ennui ? etc).

Les témoignages suivants montrent toute l’étendue des ressentis et impressions des apprentis suite à la projection de Camille redouble :

« Ce film m’a étonné car je ne pensais pas aimer celui-ci. J’ai ri, j’ai apprécié tout le film. J’avais des mauvais a priori. Ce n’est pas un film que j’aurais été voir si il n’y avait pas eu cette sortie » A. Pico (BP 3 ans)

« J’ai bien aimé ce film car selon moi il touche toutes les générations » F. Guerra (BP 3ans)

« Je n’ai pas trop aimé le film car je ne suis pas très film français bien qu’il se laisse regarder. Le manque d’action et d’effets spéciaux et la réalisation molle font que je n’ai pas apprécié le film. Malgré tout j’ai apprécié et je trouve ça bien que l’on fasse des sorties cinéma avec la classe » V. Ortola (CAPR1A)

« J’ai bien aimé car il montre qu’en France on peut faire de bons films sans effets spéciaux. En plus j’ai beaucoup ri » B. Morin (CAPR1A)

 

Par Stéphanie CHARVERON - Publié dans : APPRENTIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 février 2014 5 14 /02 /Fév /2014 15:49

Le 3  février dernier, s’est déroulée dans les locaux de l’EPB, la pré sélection régionale de Paris et des départements des Hauts de Seine, de la Seine Saint Denis et du Val de Marne du concours du Meilleur Apprenti de France.

 

Huit apprentis ont participé à cette épreuve à l’issue de laquelle il ne doit en rester qu’un :

 

Maxime BEAULIEU, apprenti chez M. PERREAU

 

 

PRESELECTION MAF 2014 065

 

 Jérémi  CACCIOLATTO, apprenti chez M. BILLIOT

PRESELECTION MAF 2014 061

 

Dylan COUTURIER, apprenti chez M. LUGEZ

 

PRESELECTION MAF 2014 062

 

Antony DELAHAIE, apprenti chez M. AUBUGEAU

 

PRESELECTION MAF 2014 073

 

 

Quentin GRIMBERT, apprenti chez M. BOURDIN

 

PRESELECTION MAF 2014 071

 

Dylan RODRIGUES, apprenti chez M. POUZOL

 PRESELECTION MAF 2014 069

 

Florian ROUMEGOUX, apprenti chez M. GUEMAS 

PRESELECTION MAF 2014 066

 

Alexandre SIMONNEAU, apprenti chez Frédéric SIMONNEAU

 

  PRESELECTION MAF 2014 067

Ainsi,  durant plus de 4 heures,  les jeunes ont travaillé le désossage, le parage, l'épluchage, le ficelage et la décoration. Le jury, avec son président, M. ANTHIERENS et   composé de professionnels, M. BUFFARD Rémi, M. LAJOIE, M. BAJON et d'un formateur, M. DENIS  a bien eu du mal à déterminer  le gagnant.

Ce sont Bernard MERHET, Président de l’EPB et Jean-Claude OBRIOT qui ont félicité les jeunes lors de la proclamation des résultats.

PRESELECTION MAF 2014 077

C’est finalement, Quentin GRIMBERT qui représentera la région lors de la finale qui se tiendra dans les locaux de l’ENSMV les 6 et 7 avril prochain.

Souhaitons-lui bonne chance !

  PRESELECTION MAF 2014 104

 PRESELECTION MAF 2014 102

 

PRESELECTION MAF 2014 099

 

Par Nathalie GOMEZ - Publié dans : APPRENTIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 novembre 2013 5 22 /11 /Nov /2013 14:52

Il est 6h30, la section de CAPR1an B, M. Paulmier et moi- même montons dans le car pour partir en direction de l’abattoir de la SOCOPA, situé au Neubourg (Eure). Nous n’avons pas atteint la Porte Dorée lorsque nous apercevons deux apprentis retardataires qui ont eu apparemment des problèmes de transport. Ceux-ci se mettent à courir pour nous rejoindre, bien sûr nous nous arrêtons pour leur permettre de monter.

 

A 8h30, nous arrivons dans la ville du Neubourg. Là, le chauffeur a du mal à trouver son chemin. Par chance, nous croisons des gendarmes qui nous proposent de les suivre. Nous voici donc devant l’abattoir grâce à notre « escorte militaire ». Bien que nous soyons en avance d’une heure (c’est les vacances donc il y a eu moins de circulation que prévu), nos accompagnateurs nous attendent de pieds fermes. Cette visite se fera sans appareil photo... L’image de l’entreprise est en jeu…

 24102013

 

 

 

Sous les conseils d’une employée, nous enfilons une tenue constituée d’une blouse, de surchaussures, d’une charlotte et d’un casque. Puis nous nous divisons en deux groupes pour faciliter nos déplacements, n’oublions pas que nous sommes dans un espace de travail. Afin d’éviter tout risque de contamination croisée, nous allons suivre le parcours inverse des produits, c’est-à-dire du secteur propre (Transformation, emballage) vers le secteur sale (abattage, stabulation). Certains apprentis auraient préféré un parcours chronologique pour des raisons pédagogiques mais dans ce type d’établissement, la salubrité des produits et la protection des consommateurs sont primordiales.

 

Nous découvrons donc tour à tour les locaux et leurs activités : dans le premier que nous visitons, nous avons la surprise de constater qu’une machine est capable de piécer des morceaux de sauté au poids demandé. Grâce à un scanner qui détermine le poids de ces derniers et à un employé qui découpe des bandes de viande que la machine « avale » à l’aide d’un tapis roulant.

 

Puis nous entrons dans le local où les carcasses sont coupées en morceaux de gros afin d’être commercialisés aux professionnels. L’objectif est de soulager les livreurs qui doivent porter les carcasses, rappelons qu’une nouvelle réglementation stipule que le poids des morceaux doit être inférieur à 55 kg. Ces coupes permettent également aux professionnels d’acheter les produits dont ils ont besoin. L’opérateur qui réalise la coupe des carcasses possède une étonnante dextérité, il parvient à tenir son couteau de la main droite comme de la main gauche. Certains de ces morceaux sont ensuite désossés et conditionnés sous vide.

 

L’étape suivante est l’abattage et la transformation de l’animal vivant en carcasse. Nous découvrons donc à rebours : la salle de ressuage qui permet d’abaisser la température des carcasses, la pesée et la classification grâce auxquelles leur valeur est déterminée. Progressivement nous pouvons observer le rôle des opérateurs et leur poste de travail (l’émoussage, la fente, l’éviscération, la dépouille…). Les apprentis constatent que chaque carcasse ainsi que leurs abats sont passés au crible par les inspecteurs vétérinaires pour définir si cette dernière est propre à la consommation : c’est la visite « post mortem ». Ils officialisent leur inspection par l’estampillage. Le « tampon » est apposé sur différentes parties de la carcasse, rappelons que cette dernière est ensuite coupée en morceaux de coupe de gros (ART8, AVT5). La seule étape qui n’est pas visible, au grand dam de nos apprentis, est la mise à mort des animaux. Notre guide nous explique que pour des raisons de sécurité l’espace réservé à cet effet n’est pas accessible.

 

Nous finissons notre visite par la stabulation. Là, les animaux sont parqués à leur arrivée dans le but de les déstresser, n’oublions pas qu’ils ne sont pas habitués aux « transports en commun ». Chaque animal sera contrôlé par un vétérinaire qui établira qu’il peut être dirigé vers la chaine d’abattage. C’est à ce moment qu’il vérifie les boucles d’identification ainsi que le passeport des animaux. Ces informations sont enregistrées dans la base de données de l’abattoir et permettront d’établir le numéro d’abattage. Les bovins de plus de 72 mois sont également marqués à l’encre pour que soit effectué le test ESB à l’issu de l’abattage.

 

Il est midi. Notre visite est à présent terminée, nous retournons donc déposer nos tenues jetables dans des poubelles réservées à cet effet. Puis nous nous dirigeons vers une salle pour le déjeuner. Au menu : terrine de poisson en entrée, sauté de veau accompagné de purée et tarte aux pommes en dessert après une belle part de camembert (Normandie oblige). Durant le repas, les discussions vont bon train, les apprentis expriment leurs ressentis : Ils sont ravis d’avoir pu observer l’ensemble des opérations nécessaires pour obtenir le produit qu’eux-mêmes seront amené à travailler : une carcasse. Nombreux sont ceux qui peuvent enfin se vanter d’avoir vu une demie bête entière et non coupée en quartier. Ils connaissent à présent les différentes étapes qui permettent la création de la traçabilité (du passeport bovin au numéro d’abattage jusqu’au conditionnement des produits sous vide).

 

Cette visite pédagogique va me permettre d’aborder le cours sur l’abattage en m’appuyant sur le vécu des apprentis. Ils comprendront et mémoriseront ainsi plus facilement les connaissances que je vais leur transmettre. Le fascicule de technologie et ses illustrations ainsi que les cours dispensés au CFA ne peuvent pas remplacer une expérience enrichissante comme celle-ci !

 

Par Patrick LARBI - Publié dans : APPRENTIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 10 juillet 2013 3 10 /07 /Juil /2013 08:48

 

Mme CHARVERON, formatrice de français, a travaillé avec les apprentis de CAP R 1 B sur un projet poésie. Voici les résultats de ce travail qui s'avère d'une grande qualité et montre que nos apprentis bouchers ont plus d'une corde à leur arc...

 

  BOUCHERIE : n.f. boucerie « commerce de la viande crue ». 1. Lieu où l’on abat les bêtes destinées à l’alimentation.  abattoir 2. Commerce de la viande crue de bœuf, de mouton, de porc et parfois de cheval. 3. Combat meurtrier  tuerie, carnage, massacre.

Poésie : n.f lat. poesis, du gr. Poiêsis « création ». 1. Art du langage, visant en exprimer ou à suggérer par le rythmeb(surtout le vers) l’harmonie et l’image. 2. Qualité d’émotion esthétique (que peut éveiller un spectacle, un lieu, une situation). La poésie des ruines. Un moment plein de poésie.

 

A la lecture de ces deux définitions difficile de trouver le moindre lien entre ces deux termes. Pourtant des apprentis bouchers ont réussi à réunir « poésie » et « boucherie ». Souvent caricaturés comme des êtres barbares sans cœur, ni émotions, les bouchers de la classe de CAPr1B ont dévoilé leur talent poétique et artistique, laissant ainsi entrevoir toute la finesse et l’émotion que les caractérisent. Tous ont fait preuve d’inventivité et de créativité autour d’un thème qui leur tient à cœur : la boucherie. Une seule contrainte : produire un texte poétique. Ils ont ainsi dépeint leur profession avec grâce, lucidité, ironie, éclat, tendresse et même humour ! Grâce à ce travail réalisé avec un enthousiasme et un engouement inattendus, les apprentis ont prouvé que la boucherie savait épouser la poésie. L’ensemble de ces créations poétiques nous permet de découvrir l’éventail des personnalités et sensibilités de ces futurs professionnels du couteau (et qui sait de la rime…).

La lecture des poèmes s'impose :

Alexis Vaillant Alexis Vaillant

baslyyyyyyyy baslyyyyyyyy

damien bedel damien bedel

Franck Franck

FREDERIC DEFEYER FREDERIC DEFEYER

je te volerai J. Blond je te volerai J. Blond

le boucher guillaume rouzioux le boucher guillaume rouzioux

maxime beaulieu maxime beaulieu

PIERRE D PIERRE D

samuel samuel

Poèsie et Poète Nicolas Testaert Poèsie et Poète Nicolas Testaert

sébastien segui-blasco sébastien segui-blasco

valentin anthony capr1b valentin anthony capr1b

 

 

 

Par Stéphanie CHARVERON - Publié dans : APPRENTIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Rechercher

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces

 

 

 

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés