Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

COORDONNEES


EPB / CFA DES METIERS DE LA VIANDE
37 BOULEVARD SOULT
75012 PARIS
01 43 45 23 72
FAX : 01 43 43 93 88

 NOUS RENCONTRER NOUS RENCONTRER

Rechercher

Vous inscrire au CFA

Prise de contact téléphonique

Entretien avec le Développeur du CFA

Remise du dossier d'inscription avec le Contrat d'Apprentissage

Agenda

Réunions D'informations : à 13H45 précises

Mai : 16/17/18/23/24/30/31

Juin : 6/7/8/13/14/15/20/21/22

Sessions d'examens :

CAP : EP2/ EP3 : du 3 mai au 26 juin 2017 / Ecrits : 8 et 9 juin / Résultats 7 juillet

BP : Ecrits : 22; 23 et 24 mai/ GPC : 7, 14 et 21 juin / Pratique : 29 mai, 12 et 19 juin / Résultats 7 juillet

2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:36

Attention, les horaires de départ ont été modifiés comme suit :

 

Heure de rendez vous le samedi 7 février 2015 Terminal 1 à 8h45.

 

DEPART  samedi 7 février 2015

Départ de CDG 1 avec le vol Lufthansa 1029 à 10h55, Arrivée à Francfort à 12h15

Départ de Francfort avec le vol Lufthansa 1372 à 13h00, Arrivée à Wroclaw à 14h15

 

 

 

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:41

Le jeudi 23 octobre 2014, à 6H15 la classe de CAPR1anB est réunie devant l’EPB afin de se rendre à l’abattoir de la SOCOPA au Neubourg. Après 2h15 de route, nous arrivons à destination. 

  Accueillis par deux employés, David et Maxime, nous sommes invités à nous équiper (blouses, casque, charlotte sur chaussures et surtout le cache barbe pour les plus poilus d’entre nous). Le groupe est scindé en deux et entame la visite. À notre grande surprise, une odeur de propre règne dans le couloir qui nous mène à l’entrée, nous y découvrons un affichage préventif pertinent sur les risques du métier.

 abattoirs du Neubourg 2 22 10 2014

 

Nous entamons la visite dans le sens inverse de la marche en avant, de la zone propre vers la zone sale. En effet, les premières pièces visitées sont : la zone de stockage, de conditionnement, de piéçage et parage ainsi que divers ateliers de transformation cloisonnés par espèce. Nous sommes impressionnés par la vitesse d’exécution des opérateurs et par le décalage entre les exigences de l’abattoir et celles demandées pour le CAP (désossage à blanc…). Nous entrons à présent dans les chambres froides où sont stockées les carcasses classées par espèces. Là, l’accompagnateur nous informe sur la rotation des stocks, la codification et le classement des carcasses ainsi que le rôle des commerciaux. En entrant dans une pièce, nous sommes tombés nez à nez avec une inspection vétérinaire qui examine les poumons d’un bœuf victime de tuberculose. La carcasse est contaminée, elle doit être incinérée ! Nous découvrons la chaine d’abattage des porcs inactive ce jour, composée de flambeurs, « d’épilateurs »... ensuite nous nous dirigeons vers la chaine d’abattage du bœuf : des demis carcasses chaudes sont suspendues, les muscles se contractent encore, c’est l’état pantelant. La machine à classer tourne à plein régime sous la surveillance d’un responsable, carcasse sur fond vert, marquage, l’étape incontournable car elle détermine la valeur de la carcasse donc le montant qu’obtiendra l’éleveur.

Un membre du personnel nous invite à poser pour une photo devant le poste d’émoussage. Surprenant car nous ne pouvions pas en prendre !! Petit à petit, nous remontons la chaine (fente, éviscération, habillage) jusqu’à la mise à mort. Nous assistons à l’abattage de trois bêtes de races différentes : la bête arrive dans le piège, sa tête est immobilisée et l’opérateur pose le matador sur le front de l’animal pour l’étourdissement (mort clinique). La bête bascule rapidement puis est accroché par un des membres postérieurs afin d’être saignée.

La bouverie, lieu calme où sont parqués les animaux vivants à leur arrivée est la dernière étape de la visite de l’abattoir marquant la pause déjeuner.

      Cette sortie est très enrichissante, elle nous permet d’avoir un nouveau regard sur les produits que nous travaillons, commercialisons, consommons quotidiennement. Le cours sur l’abattage en technologie sera mis en relief et donc plus simple à assimiler.

Repost 0
Published by Patrick LARBI - dans APPRENTIS
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 10:44

Jeudi 16 octobre 2014, 6h15 : nous nous retrouvons devant le CFA pour nous rendre en direction de l’abattoir de la SOCOPA au Neubourg. Bravant la pluie, le manque de sommeil et de café de certains et après 2h de route, nous arrivons enfin au lieu de rendez-vous.

CAP R 1 AN NEUBOURG 16102014

 

9h00 : Après l’habillage que nous avions déjà découvert en cours (blouses, charlottes, sur-chaussures…). Certains d’entre nous ont même dû porter des charlottes à barbe. Après une partie de franche rigolade sur nos accoutrements respectifs, notre groupe fut divisé en deux, accompagné d’un formateur et d’un guide SOCOPA, pour découvrir cet immense bâtiment répartis en 15 zones distinctes.

9h20 : Pour éviter tout risque de contamination croisée, nous avons effectué la marche en avant dans le sens inverse, nous sommes donc partis de la zone propre vers la zone sale.

Première étape : nous avons dû désinfecter nos sur-chaussures avant de pénétrer dans la zone propre où certains employés se munissaient de leurs EPI (Equipement de Protection Individuel) et de leurs couteaux, rangés dans des étuis sécurisés.

Deuxième étape : La zone de préparation de commandes est le lieu où sont gérés la distribution des colis, des carcasses vers leurs clients (boucheries traditionnelles, restauration, collectivités publiques et GMS). Dans cette pièce, nous avons pu observer un grand nombre de machines tel qu’une machine à vapeur sous-vide, une machine destinée à plier des cartons, une machine destinée à piécer des pavés… Ainsi que des palettes sur lesquelles se trouvait des cartons en provenance de plusieurs pays européens. Le guide nous a informé l’importance de la traçabilité dans ce dispositif compte tenu de la variété de produits distribués.

Dans les locaux suivants, nous avons constaté l’ensemble des étapes de transformation : piéçage, parage, épluchage et désossage. Tout ce travail est organisé selon la technique du travail à la chaîne, avec une rapidité impressionnante et une qualité moins exigeante concernant la présence du périoste et des coups de couteaux dans les morceaux.

Avant d’accéder aux chambres froides, un opérateur sépare les demi-carcasses en AVT 5 et ART 8 pour favoriser la manipulation et la répartition des tâches. De là, nous accédons à des chambres froides à temps long dans lesquelles les températures sont gérées en fonction des espèces, puis vient le tunnel de ressuage destiné à refroidir rapidement les carcasses fraichement classées par une machine qui apprécie la carcasse grâce à des photographies.

Nous voici donc dans la zone sale où nous pouvions observer toute la chaîne d’abattage ainsi que les différents processus exécutés selon un ordre précis : l’émoussage (ablation des graisses en excès), l’inspection vétérinaire post-mortem (estampille), la fente, l’éviscération, l’habillage (ablation du cuir, etc.), la saignée et la mise à mort. Cette dernière a provoqué chez certains d’entre nous une vive émotion, voire une certaine gêne…

Nous nous dirigeons finalement vers la bouverie (stabulation) où les animaux, sous la surveillance des inspecteurs vétérinaires attendent patiemment leur triste sort. C’est ici, également, qu’on les classera selon leur poids pour faciliter l’organisation dans la chaîne d’abattage.

Pour rappel, la SOCOPA abat environs 1000 porcs, 400 à 500 agneaux et 700 bovins par semaine.

 

Avant de repartir, nous sommes allés nous restaurer d’un bon morceau de bœuf saignant…

Repost 0
Published by Patrick LARBI - dans APPRENTIS
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 14:47

Après la session de septembre, voici la liste définitive des lauréats du CAP pour la session 2014.

RESULTATS CAP BOUCHER 2014 RESULTATS CAP BOUCHER 2014

 

Nous donnons rendez vous à tous ces apprentis le lundi 24 novembre 2014 à partir de 15 heures à la Mairie de Joinville pour la Fête des Récompenses.

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 11:57

Voici la liste des admis au CAP Boucher

pour la session de juin 2014 :


RESULTATSCAP BOUCHER 2014 RESULTATSCAP BOUCHER 2014

 

 

Bravo à tous !

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 12:08

Voici les admis pour la session 2014 :


AUBEL MORGANE

AUGIERAS THOMAS

BERTRAND VINCENT

COSSE THOMAS

DENIS JEAN CHRISTOPHE

FARTARIA KEVIN

GELABALE GAEL

GUERIN THOMAS

HUET AXEL

JEANNEY DYLAN

LANGLAIS JOCELYN

LEAUTE PAUL

MANCINELLI ANTHONY

MATHON JEFFREY

MEYER SEBASTIEN

NIORT CECILE

PARGUE TERRY

VALLEE YANN

BRAVO à tous !

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 14:26

Les épreuves du concours du Meilleur Apprenti de France 2014 se sont  déroulées  les  6 et 7  avril 2014  à l’ENSMV. Les premières épreuves ont débuté le dimanche après-midi par les techniques de découpe, désossage et parage. Le lundi matin,  les jeunes  se sont remis au travail pour finaliser et valoriser leurs œuvres.

23 apprentis des différentes Régions ont participé.

En fin de matinée, tous les concurrents sont enfin prêts et attendent la visite des officiels pour admirer leurs œuvres. Tous ces apprentis ont déployé une grande énergie, un savoir-faire et un savoir-être.

Ils sont fiers de leur travail et surtout d’être entourés de leur Maître d’apprentissage et parents, seulement,  il n’en faut que trois !

A 12 h,  tout le monde se rend à l’Aquarium  de La Porte Dorée pour l’attribution des prix.

Les membres du Jury sont appelés sur l’estrade, nous notons parmi eux la présence d’un de notre ancien apprenti et meilleur apprenti en 1989, Stéphane LAJOIE.

Les onzièmes sont appelés dont Fabien VEAU, apprenti à l’EPB, il est accompagné de son  maître d’apprentissage, Vincent JOUFFLINEAU, pour la  Région Parisienne II.

finale maf 2014 001

finale maf 2014 008

Puis le classement énoncé par Ayane BALDERT se poursuit et nous arrivons aux  trois premiers :

Jean Michel MEYNET, Région Rhône Alpes

 Pierre MARTIN, Région Bretagne,

 Quentin GRIMBERG,  apprenti à l’Ecole Professionnelle de la Boucherie de Paris.

finale maf 2014 003

 

finale maf 2014 014

Il représente  la Fédération de la Boucherie de Paris, il est accompagné de son Maître d’apprentissage Philippe BOURDIN et son épouse.

finale maf 7293

 

C’est la troisième année consécutive que Paris obtient un Meilleur Apprenti.

Nous ne pouvons que nous réjouir et féliciter les formateurs de l’EPB pour leur accompagnement.

 

finale maf 2014 021

Félicitations à nos deux jeunes lauréats ainsi qu’à tous ces jeunes apprentis, mais aussi à leur maître d’apprentissage.

Repost 0
Published by Lucette BERTRAND - dans APPRENTIS
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:52

Le Mercredi 23 avril, nous sommes partis en Basse-Normandie pour visiter un marché au cadran. Nous avions rendez-vous devant le CFA pour un départ à 7h. Le voyage ayant duré presque 3h, nous sommes arrivés sur le site à 9h45. Déjà un certain nombre d’ovins étaient répartis en lot dans les différents boxes à l’extérieur. Il y avait des agneaux, des béliers et des brebis seules ou avec leurs petits.

20140423 094903

 

Dans les boxes, le président de la Sicamon (société d’intérêt collectif agricole des Marchés organisés de Normandie), enregistrait la traçabilité des agneaux avec un appareil qui ressemblait à un boitier électronique relié avec un cordon à une perche. Il nous a expliqué que, depuis le 1er janvier 2013, tous les agneaux étaient munis d’une puce électronique. Cette puce est intégrée dans la boucle qui se trouve sur l’oreille gauche, alors que sur l’oreille droite se trouve toujours la boucle conventionnelle. M. BREARD nous a expliqué également que l’identification devait être apposée dans les 7 jours suivant la naissance.

20140423 141324

Ensuite vers 10h30, la vente des ovins commence. Les ovins sont vendus individuellement ou en lot. Une mise à prix est proposée et les acheteurs enchérissent en appuyant sur un bouton fixé sur le rebord du pupitre. Une fois la vente terminée, Mr BREARD nous a présenté la société dont il est président. Cette  société est gérée par un conseil d’administration, et répartie sur 3 sites : Le Lieurey (27) dans l’Eure, St Pierre sur Dives (14) dans le Calvados et Soligny la Trappe (61) dans l’Orne. 6000 bovins et 7000 ovins sont vendus sur les 3 sites tous les ans.

Les marchés se déroulent une fois tous les 15 jours, alors qu’en 2008, ils se déroulaient 1 fois par semaine. Ce sont les éleveurs qui amènent leurs bêtes, et si celles-ci sont vendues, les acheteurs les chargent après la vente dans leurs camions. Les revenus de la société sont essentiellement réalisés grâce aux commissions versées par les acheteurs, mais également par les vendeurs ; 2,5% de la somme pour l’acheteur et 1 à 1,5% pour le vendeur.

LIEUREY 0401

Ensuite, nous avons pris le déjeuner, et en début d’après-midi l’arrivée des tracteurs a commencé. Les éleveurs déchargent tour à tour leurs bovins qu’ils viennent vendre. Ceux-ci présentent ensuite le DAB à l’accueil, et l’animal est bouclé, pesé, puis installé dans les boxes en attendant le début de la vente qui doit commencer à 15h. La vente des bovins se déroule de la même manière, si ce n’est que l’animal est présenté sur un ring, pour que les acheteurs puissent l’observer une dernière fois.

      20140423 141547

 

20140423 141406

Cette visite nous a permis de voir à quel prix sont vendues les bêtes, bien sûr, celui-ci varie en fonction de la conformation de chaque animal.

Repost 0
Published by Daniel RYCKOORT - dans APPRENTIS
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 16:22

Le 12  février dernier a eu lieu la pré sélection du concours Meilleur Apprenti de France pour les départements des Yvelines, du Val d'Oise et de l'Essonne.

L'épreuve se déroulait au CFA de VErsailles et parmi les concurrents se trouvaient :

- Guillaume ROUZIOUX, apprenti chez M. BORDEAU à Savigny sur Orge,

- Maxime FEZARD, apprenti chez M. NARDON à Maison-Lafitte,

- Fabien VEAU, apprenti chez M. JOUFFLINEAU à Beauchamp,

-Alexandre PEOT, apprenti chez M. LOMBERT, à Versailles.

 

photo groupe

C'est le Président DUMAs qui a proclamé les résultats en présence des présidents OBRIOT et MERHET et c'est Fabien VEAU qui participera à la finale les 6 et 7 avril prochains à l'ENSMV, en compagnie de Quentin GRIMBERT.

 FABIEN VEAU

 

Nous aurons donc deux candidats qui porteront les couleurs de l'EPB !

Souhaitons leur bonne chance !

Repost 0
Published by Nathalie GOMEZ - dans APPRENTIS
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 15:23

Depuis quelques années, le CFA est inscrit dans le dispositif Apprentis au Cinéma. Cette année, les formateurs de français, Stéphanie CHARVERON et Pierre CHOUCROUN ont  choisi 3 films " Deep end", "la Famille Tenenbaum" et "Camille redouble".

 

C'est ce dernier qui fait l'objet du travail ci-dessous, réalisé par les apprentis de CAP R 1 A.

 

Camille redouble

 

 

 SYNOPSIS

Actrice aux maigres cachets, Camille Vaillant, quarante ans, une fille de 25 ans et un penchant pour le whisky, vit une séparation houleuse avec Éric. La veille du Nouvel An, elle retrouve ses amies de lycée dans une fête costumée. Saoule, elle s’évanouit à minuit. À son réveil, ses parents, pourtant morts, viennent la chercher à l’hôpital: projetée en 1985 la veille de ses seize ans, Camille retrouve sa vie d’adolescente et ses trois meilleures amies, Josépha, Alice et Louise. Au lycée, elle rencontre Éric, mais connaissant l’issue de leur amour, elle repousse ses avances. L’intensité de leur échange à l’atelier-théâtre du lycée finit par la convaincre de sortir avec lui. Elle confie à son professeur de physique, Alphonse, qu’elle vient du futur. Éric lui déclare son amour après leur première nuit ensemble et lui offre une bague que Camille refuse de porter. Découvrant qu’elle est enceinte de lui, elle se confie à sa mère, dont la mort, le lendemain, confirme que Camille est impuissante à modifier son passé. Alphonse accepte de conserver pour l’avenir une cassette contenant la voix de sa mère. Éric, qui les surprend s’embrassant, rompt à son tour. Contrainte de continuer à jouer avec lui Les amoureux de Goldoni à l’atelier-théâtre, elle montre à Éric qu’elle porte la bague, lui avoue son amour et s’évanouit. Elle se réveille vingt-cinq ans plus tard aux côtés de ses amies quarantenaires, le lendemain de la fête du Nouvel An. Après des retrouvailles émues avec Alphonse qui lui rend la cassette, elle a rendez-vous avec Éric à l’écart de la ville. Elle raconte son voyage dans le temps et sa surprise d’avoir revécu différemment leur premier baiser. Ils se sourient. Camille s’éloigne dans une rue enneigée.

 

TEMOIGNAGE D’APPRENTIS  

 

Dans le cadre du dispositif « Apprentis et lycéens au cinéma » proposé par la région Ile-de-France, les apprentis des classes de CAP première année et de BP 3ans ont la possibilité, durant l’année, de découvrir dans une salle de cinéma parisienne deux films. C’est une vraie chance de pouvoir montrer aux élèves des films qu’ils n’auraient jamais eu l’envie ou l’occasion de voir. Pour eux le cinéma est avant tout un divertissement et non un moyen d’accéder à la culture ou à des références communes. Le cinéma est pour eux synonyme d’action, de spectaculaire. Face à ces films proposés, les apprentis doivent donc effectuer un travail d’observation, d’attention (les caractéristiques de chaque personnage, le lieu de l’action, le découpage en séquences ou moments forts du film…). Souvent les films proposés sont très très loin de leurs goûts mais ils entrent dans le projet et détestent ou adorent mais au moins ressentent quelque chose. Le but est donc qu’ils ne soient pas inertes face à une succession d’images mais qu’ils aient un esprit critique (pourquoi tel ressenti ? pourquoi cette adhésion ? pourquoi ce rejet ? pourquoi cet ennui ? etc).

Les témoignages suivants montrent toute l’étendue des ressentis et impressions des apprentis suite à la projection de Camille redouble :

« Ce film m’a étonné car je ne pensais pas aimer celui-ci. J’ai ri, j’ai apprécié tout le film. J’avais des mauvais a priori. Ce n’est pas un film que j’aurais été voir si il n’y avait pas eu cette sortie » A. Pico (BP 3 ans)

« J’ai bien aimé ce film car selon moi il touche toutes les générations » F. Guerra (BP 3ans)

« Je n’ai pas trop aimé le film car je ne suis pas très film français bien qu’il se laisse regarder. Le manque d’action et d’effets spéciaux et la réalisation molle font que je n’ai pas apprécié le film. Malgré tout j’ai apprécié et je trouve ça bien que l’on fasse des sorties cinéma avec la classe » V. Ortola (CAPR1A)

« J’ai bien aimé car il montre qu’en France on peut faire de bons films sans effets spéciaux. En plus j’ai beaucoup ri » B. Morin (CAPR1A)

 

Repost 0
Published by Stéphanie CHARVERON - dans APPRENTIS
commenter cet article

Nos formations

 

Alternance : une semaine de CFA à 35 heures de formation et 2 semaines en entreprise.

Les formations de niveau V :

CAP BOUCHER CAP BOUCHER

CAP BOUCHER RENFORCE CAP BOUCHER RENFORCE

CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN CAP BOUCHER RENFORCE EN UN AN

 

 

   Les formations de niveau IV :

  BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS BREVET PROFESSIONNEL EN DEUX ANS

BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS BREVET PROFESSIONNEL EN 3 ANS

Travaux collectifs

Avatar : Durant les séances d'EOM, les apprentis ont rélaisé avec leur formateur M. CHOUCROUN des travaux sur le film Avatar, dont voici quelques extraits :

AVATAR AVATAR

Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme Comparaison entre le physique du Navi et l'Homme

L'Amazonie L'Amazonie

L'amazonie 2 L'amazonie 2

L'arbre sacré L'arbre sacré

La personnalité du colonel QUARITCH La personnalité du colonel QUARITCH

Le docteur Grace Augustine Le docteur Grace Augustine

Le héros d'avatar handicapé Le héros d'avatar handicapé

Les déséquilibres des forces Les déséquilibres des forces